Les comptines

Vive les comptines, les enfants adorent! Peut-être en racontez-vous déjà ? On a parfois peur de se lancer, parce qu’on n’en connaît pas ou peu, parce qu’on pense ne pas savoir chanter,… On vous rassure tout de suite : savoir chanter n’est pas nécessaire, les comptines peuvent être parlées et quelles que soient nos performances vocales, nos enfants seront heureux de partager ce moment avec nous. Pour vous accompagner si vous avez des doutes, voici quelques suggestions concernant le choix des comptines, la manière et l’intérêt d’en raconter.

Quelles comptines choisir ?

Celles qu’on connaît, celles qu’on apprécie, éventuellement celles en lien avec la saison, la fête du moment, les moments de la journée (par exemple, « Monsieur poisson se promène au fond de l’eau » au moment du bain), les situations (par exemple, « Guéri guéra » quand l’enfant se fait mal,…) ou avec un thème qui intéresse particulièrement notre enfant.

Si on ne connaît pas de comptines, il y a un beau choix de livres pour s’inspirer : des livres simples, des livres musicaux ou des livres avec cd. Beaucoup de sites en répertorient sur Internet, soit simplement écrites, soit en vidéo ce qui permet de s’approprier les gestes plus facilement.  Si possible, on imprime ou on apprend la comptine et on la fait avec son enfant sans utiliser d’écran.

Inventer ses propres comptines ou réinventer les comptines classiques peut-être amusant aussi. L’idée est de garder les mêmes paroles et gestes d’une fois à l’autre.

Quelques comptines (cliquez dessus) :
-Une comptine à gestes (ici, ici et ici)
Pour guérir les bobos
Pour rire
Pour se laver les mains
Pour danser

Comment les raconter ?

Pour commencer, on peut par exemple choisir 2 ou 3 comptines qu’on répète tous les jours. On prend son temps. On n’hésite pas à la faire plusieurs fois. Les enfants aiment la répétition. Au fil du temps, on ajoute de nouvelles comptines dans notre répertoire.

Avec de l’expression dans la voix et des gestes (mains jointes faisant le poisson, mains qui tournent comme les marionnettes, etc.), on rend la comptine vivante et on lui donne du sens.  Notre enfant va progressivement mémoriser les mots et les gestes, anticiper ce qui arrivera à la fin de la comptine.  En grandissant, il commencera à imiter nos gestes. On peut aussi lui montrer comment faire ces gestes en lui prenant les mains. Quand notre enfant commence à parler, on n’hésite pas à laisser un petit temps de pause à la fin des phrases pour qu’il aie l’occasion de compléter (“bateau, sur l’……”). Plus tard, les comptines se diront ensemble.

Une idée : créer un petit carnet ou une boîte à comptines avec son enfant. Chaque comptine est représentée sur une page par un dessin ou une image (+ éventuellement le texte). Quand on dit la comptine, on ouvre le carnet à la page qui lui correspond pour que l’enfant l’associe au dessin. Quand il aura compris quelle comptine va avec quel dessin, il pourra montrer la comptine qu’il souhaite entendre. En plus, ce carnet sera un chouette souvenir plus tard des comptines qui auront bercé son enfance.

Utiliser des accessoires pour animer nos comptines (marionnettes pour « Ainsi font font font les petites marionnettes», pommes dans un panier pour « Il était une fermière », etc..) peut être un plus, mais rien qu’avec nos doigts, mains, visage, on fait déjà beaucoup.

Et pourquoi pas utiliser des comptines à la fin de la lecture d’un livre ou aux moments sensibles de la journée, sources de tensions, comme la séparation du matin, les repas,…

Pourquoi dire des comptines?

Les comptines sont précieuses pour nos enfants.
C’est un moment privilégié, où on communique, on se regarde, on écoute.

Certaines comptines permettent d’apaiser (exemple : « guéri guéra » pour les « bobos »), de rassurer (par exemple,  en faisant partie du rituel du coucher), de rythmer les journées (par exemple, en annonçant le moment du rangement des jouets), d’autres d’apprendre (à compter, à connaître son corps, les couleurs, les saisons,…). Beaucoup amusent, font rire, font danser.

Accompagnées de gestes, elles contribuent au développement moteur et à la motricité fine. Toutes favorisent le développement du langage (se familiariser avec les sons de la langue, apprendre de nouveaux mots,..) et l’éveil à la lecture et à l’écriture (prendre conscience des sons). La mémoire, l’attention et la concentration sont aussi stimulées.

Pas besoin de matériel, elle s’emportent partout et peuvent servir pour animer un trajet en voiture, patienter dans une salle d’attente, donner du courage pour la fin d’une promenade… Pratique !

Quand les enfants entendant les mêmes comptines qu’à la maison dans leur milieu d’accueil ou à l’école, ça leur fait un point de repère qui les rassure.

Que de bonnes raisons pour les intégrer dans la vie de tous les jours ! Plaisir garanti !

À partir de quel âge ?

On peut dire des comptines aux enfants dès leur naissance. Les comptines simples et courtes seront favorisées. Elles peuvent se dire pendant le change, au moment du bain, pour l’endormissement, ainsi qu’à tout autre moment. Les nouveau-nés aiment être enveloppés par notre voix, que ce soit par des chants, des comptines, ou simplement des paroles. Ça les berce, ça les rassure. Vu leur besoin fondamental de contact physique, les comptines qui s’accompagnent du toucher sont particulièrement appréciées(par exemple, « La petite bête qui monte »). Bébé grandissant, on ajoute de nouvelles comptines progressivement plus longues et avec des gestes plus complexes (jeux de doigts, de mains, de visage, de cheval, …).

Quelques liens

Quelques sites de comptines:

Quelques vidéos:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :